Le Val-de-Marne (94)

Notices pour le département du Val-de-Marne (94)

 
378 Arcueil Eglise Saint-Denis
619 Bonneuil-sur-Marne Non localisé
379 Bry-sur-Marne Av du Gal Leclerc, rue des Clotais
381 Champigny-sur-Marne Chemin de la Croix
383 Chevilly-Larue Rue Jaume, rue du Pére Mazurié
384 Choisy-le-Roi Parc de la Mairie
385 Créteil Parvis Saint-Christophe
387 Fresnes Tour aux Chartiers
388 Ivry-sur-Seine ZAC Parmentier Îlot 2
391 L’Haÿ-les-Roses Sabliére Gendre
392 Limeil-Brévannes Les Sables de Brévannes
394 Marolles-en-Brie Rue P. Bezançon
395 Nogent-sur-Marne Grande rue Charles de Gaulle
396 Orly Rue de l’Aérodrome
399 Saint-Maur-des-Fossés Croix-souris
400 Saint-Maur-des-Fossés Abbaye
647 Saint-Maur-des-Fossés Eglise Saint-Nicolas, rue du Four
401 Saint-Maurice Impasse Junot
403 Sucy-en-Brie Les Varennes 
640 Thiais A86
641 Villejuif Rue Hamont
408 Villeneuve-saint-Georges Chemin de Villeneuve à Yerres
414 Vitry-sur-Seine Place de l’église
 
 
Arcueil, Église Saint-Denys – 2013
La commune est située à deux kilomètres au sud de Paris. Elle est traversée par la Bièvre, recouvrant les versants de sa vallée entre les plateaux de Longboyau et de Montrouge.
Le site a été mis en évidence dès 1984 avec la découverte de trois sépultures du bas Moyen Âge puis avec le diagnostic de 2012-2013, qui a concerné principalement les aménagements du bas-côté nord de l’église Saint-Denys.
Une concentration de treize sépultures a été mise au jour, située tout le long du mur de l’église et contre les contreforts de celle-ci. Il s’agit d’inhumations primaires, orientées nord-ouest – sud-est, tête au nord-ouest. En l’absence de tout vestige signalant la présence d’un contenant, le mode funéraire majoritaire semble être l’inhumation sans contenant apparent.
Les sépultures contenaient les vestiges osseux de treize individus et les remblais ont livré un nombre minimum d’individus de quatre. Ces dix-sept individus se répartissent en douze adultes et cinq immatures. Parmi les inhumations primaires, trois hommes et trois femmes ont pu être observés. L’étude menée sur ces individus a permis de conclure qu’ils ne présentaient pas un très mauvais état général.
Il n’y a pas de mobilier en dépôt dans les sépultures. Plusieurs individus ont été datés au 14c, permettant de situer le fonctionnement du cimetière entre le VIe et le XIVe siècle. Trois sépultures relèvent de la période alto-médiévale, deux mérovingiennes et une carolingienne. Les vestiges osseux sont conservés dans les réserves du Service Archéologie du Val-de-Marne.
Bonneuil-sur-Marne – 1966
La commune occupe les terrasses alluviales de la rive gauche de la Marne. Elle se trouve au bord d’une voie antique menant de Paris à Sens et fait partie du fisc impérial. Au début du haut Moyen Âge, elle apparait sous le nom latin de Bonogelo villa, comme lieu de villégiature de Clotaire II et lieu du couronnement de son fils Dagobert en 631. L’existence d’une nécropole mérovingienne n’est connue que par une mention écrite dans un courrier adressé à M.Fleury, directeur de la circonscription d’archéologie historique de la région parisienne signalant des découvertes à Bonneuil-sur-Marne (courrier du 7 février 1966).
Bry-sur-Marne, Avenue du Général Leclerc, rue des Clotais – 1886
La commune se situe au bord de la Marne, dans un méandre de la rivière. Son territoire s’étend depuis la rive gauche jusqu’au rebord du plateau briard. La découverte d’une nécropole du Bas Empire et d’époque mérovingienne remonte à 1886.
La fouille menée par l’archéologue et maire de la commune, A. Mentienne, met au jour plus de trois cents sépultures. Les pratiques funéraires observées sont diverses : des inhumations sans contenant apparent, des sépultures en coffrages de bois, des incinérations dans des urnes et dans des coffres de bois.  Des sépultures contenaient plusieurs individus.
Une part importante des sépultures ont été pillées et le mobilier est mal conservé. Ce mobilier se compose d’une quarantaine d’objets, dont deux fibules arbalètes en bronze (datées du IVe-début Ve siècles) témoignant d’une influence germanique ; deux fibules ansées dissymétriques à extrémités digitées (datées du milieu du VIe siècle) ; des monnaies déposées en obole à Charon dans la bouche des défunts. Il est conservé pour l’essentiel au musée A. Mentienne.
Champigny-sur-Marne, Chemin de la Croix – 1909
La commune se situe sur la rive gauche de la Marne, dans un méandre de la rivière. En 1909, au chemin de la Croix, onze sépultures en sarcophages de plâtre et de pierre sont mises au jour, sous le  théâtre de la Nature. D’autres sépultures de même époque auraient été découvertes au nord-est de la commune, en limite de Bry-sur-Marne.
Chevilly-Larue, Cimetière Sainte-Colombe – 1989
La commune est située au sud de Paris, sur le plateau du Longboyau. Une voie antique traverserait la commune du nord au sud. Plusieurs opérations archéologiques se sont déroulées à l’intérieur de l’église Sainte-Colombe et sur les bas-côtés externes entre 1981 et 1998. Le relevé systématique des inhumations situées à l’intérieur de l’édifice (le choeur, la nef et bas-côtés), ainsi que les sondages pratiqués à l’extérieur le long du mur des bas-côtés, au cours des seules années 1980 ont permis de dégager 306 inhumations primaires et plus de 643 individus dans les sondages. L’effectif représente plus d’un millier de sépultures si l’on rajoute les individus du Bas Moyen Âge.
La datation des inhumations a été complexe : une quinzaine d’analyses 14c situent l’occupation du cimetière entre 239 et 1619 ap. J.-C. avec des éléments anciens tels qu’une sépulture Bas Empire, deux sépultures mérovingiennes et sept carolingiennes.
Des études ont été menées sur ces populations de Chevilly-Larue (morphologie architecturale craniofaciale, occlusion et articulé dentaire ainsi que l’état sanitaire dentaire et squelettique) en vue de mettre en place une cartographie de la pathocénose du sud-est parisien. La fréquence des pathologies qui touchent les populations immatures et adultes est impressionnante dans tous les types de maladies. Les pathologies infectieuses (ostéites, ostéomyélite, périostite, tréponématose), dégénératives (arthroses, maladie de Forestier), métaboliques (rachitisme, ostéomalacie), neurologiques (craniosténoses et autres malformations crâniennes) sont les plus classiques. Par ailleurs, on retrouve également les malformations articulaires de la hanche, du genou et du pied à côté des malformations et déformations du rachis. Les maladies traumatiques se singularisent par la présence rarissime d’une plaque pleurale calcifiée à la suite d’un hématome, retrouvée sur le thorax d’un homme d’une cinquantaine d’années. La déformation artificielle du crâne concerne huit individus.
Les squelettes et le mobilier archéologique sont entreposés dans les réserves du Service Archéologie du Val de Marne.
Choisy-le-Roi, Parc de la Mairie – XVIIIe siècle
La commune s’étend de part et d’autre de la Seine, dans la plaine alluviale. La voie antique de Paris à Sens traverserait son territoire.
Deux lieux sont connus pour avoir livré des vestiges alto-médiévaux : le parc de la mairie, entre les avenues Léon-Gourdault et Anatole-France, où trois sarcophages de pierre orientés nord-sud ont été découverts en 1748 et 1752 et contenaient un mobilier en or, en os, en verre (A. Caylus, 1752) ; et le quartier de La Cuve, où ont été mises en évidence des « sépultures mérovingiennes » découvertes en 1974.
Créteil, Église Saint-Christophe – 1995
Créteil s’étend dans la plaine inondable de la Seine et à l’est, un relief surplombe la Marne. Le site du parvis de l’église Saint-Christophe a été fouillé en 1995 mettant au jour une nécropole du haut Moyen Âge. De nombreuses découvertes depuis 1840 ont permis de délimiter cette nécropole, au sud-ouest et au nord-ouest aux bords de la crête sur laquelle l’église est construite. Elle s’étendrait sur une superficie de 1,6 hectares.
L’ensemble des découvertes comprend des sarcophages de pierre, de plâtre et des sépultures sans contenant apparent. La datation de la nécropole est difficile: pas de phasage mais une répartition spatiale allant des sépultures les plus anciennes du Ve siècle (une) et Ve-VIe siècles (deux) au nord et au sud aux sépultures les plus récentes du XI-XIIe siècles au centre (sept), les plus proches de l’édifice. Les datations 14c confirment les analyses de terrain et s’échelonnent de 411 à 1148 ap. J.-C.
Les sépultures en sarcophage présentent une certaine homogénéité : orientation, motif chrétien décorant les parois qui permettent de la dater des VI-VIIIe siècles, qui accrédite l’idée d’un sanctuaire antérieur au IXe siècle, date de la première mention de l’église. Les sépultures sans contenant apparent correspondent à plusieurs périodes : une en contenant périssable datée du Ve siècle, plusieurs carolingiennes et d’autres du XIIe siècle. On note une absence quasi totale de mobilier.
L’étude anthropologique porte sur 48 individus (45 sépultures primaires, deux réductions et une sépulture double) ; les quinze individus en remplissage n’ont pas été pris en compte. La population immature (six enfants et trois adolescents) est sous-représentée avec 19 % de la population inhumée. Les découvertes anciennes puis la fouille de 1994-1995 ont livré des sépultures disparates suggérant un ensemble funéraire du haut Moyen Âge assez vaste dont il reste à préciser les caractéristiques et la chronologie.
Les squelettes et le mobilier archéologique sont entreposés dans les réserves du Service Archéologie du Val-de-Marne.
Fresnes, Tour aux Chartiers – 1976
Fresnes se situe sur la bordure occidentale du plateau du Longboyau, s’étendant à l’est sur le versant de la vallée de la Bièvre. Le site de la Tour aux Chartiers se trouve au sud de l’église Saint-Éloi, sur le chemin aux Chartiers, qui serait une ancienne voie romaine. Une nécropole du haut Moyen Âge a été mise au jour entre 1960 et 1976, signalée pour la première fois dans les années 1920.
Vingt-neuf sépultures ont été retrouvées en 1960 et 1962 : quatre sans contenant apparent et vingt-cinq sarcophages trapézoïdaux (vingt-trois en plâtre majoritairement moulés sur place et deux en pierre).
Entre 1974 et 1976, cinquante-deux sépultures ont été mises au jour (creusées dans la roche, sans contenant apparent, en fosses maçonnées, en sarcophages de plâtre et en pierre), accompagnées de nombreuses inhumations « secondaires ».
Trois sarcophages de plâtre avaient un motif de rouelle, deux stèles ornées d’une croix en monogramme se trouvaient en remploi pour la couverture de sarcophages. Le mobilier dégagé se trouvait concentré dans quatre sépultures. Il a été daté du VIe siècle (grâce à une boucle d’oreilles en bronze à tête polyédrique ornée d’une pierre rouge sur trois de ses faces, une petite boucle de ceinture en bronze à ardillon scutiforme, une plaque-boucle en fer fragmentée et deux monnaies gauloises) au premier tiers du Xe siècle (grâce à trente-huit monnaies en argent). Quatre monnaies romaines ont également été retrouvées sur le site parmi les ossements regroupés sur trois sarcophages.
Les datations 14c effectuées récemment confirment le fonctionnement de la nécropole depuis le VIe siècle (572 ap. J.-C.) jusqu’au XIVe siècle (1397).
L’étude anthropologique a permis de comptabiliser 77 individus ; parmi eux, le squelette complet d’un nouveau-né retrouvé dans son sarcophage de pierre, atteint d’une maladie infectieuse non encore déterminée. Une étude de la métrique crânienne et post-crânienne a été menée sur six individus de la fouille de 1974. Les squelettes et le mobilier archéologique sont entreposés dans les réserves du Service Archéologie du Val de Marne.
L’Haÿ-les-Roses, Sablière Gendre – 1927
L’Haÿ-les-Roses s’étend du plateau de Longboyau jusqu’en bordure de Bièvre. Un itinéraire antique nord-sud autrefois appelé Chemin de l’Hay traverserait la commune. Le lieu est attesté en 829 par un acte de donation de l’évêque de Paris aux chanoines de terres à l’Hay. Cet acte est confirmé au IXe siècle.
Des vestiges d’occupation romaine du Ier au IVe siècles y ont été découverts. Les soixante sépultures en coffrage de pierre découvertes en 1927 dans la sablière Gendre étaient orientées est-ouest. Une stèle et un bétyle cannelé y ont été également trouvés. Ailleurs, dans la rue Jean-Jaurès (anciennement Le Clos) ont été découverts avant 1931, trois squelettes et un vase funéraire qui seraient mérovingiens.
Ivry-sur-Seine, Parmentier 2 – 1993
La commune se situe sur la rive gauche de la Seine, en fond de vallée. La nécropole se situe dans le quartier de Saint-Frambour au pied du coteau du plateau de Longboyau. Elle est comprise entre la rue Bonnefoix, le sentier Saint-Frambour et la rue Trémoulet, à l’angle de la place.
Depuis 1988, les aménagements de la ZAC Parmentier ont donné lieu à de nombreuses fouilles qui ont mis au jour des niveaux d’occupation allant de l’Âge du Fer au Bas Empire, une zone funéraire médiévale ainsi que des vestiges de la chapelle Saint-Frambour (détruite entre 1832 et 1864).
Les découvertes funéraires se sont succédé depuis 1935 jusqu’en 1993. Elles ont permis de mettre au jour une vaste nécropole installée depuis la fin du VIe siècle et fonctionnant jusqu’à la période moderne ; composée de sarcophages de plâtre, de sarcophage en calcaire grossier, de sépultures sans contenant apparent et d’inhumations en coffrage de pierres ou de plâtre, orientés majoritairement nord-ouest – sud-est ou sud-ouest – nord-est.
La majorité des sépultures concerne la période carolingienne à l’exception de sept sépultures datées de la période mérovingienne. Ces datations s’appuient sur des analyse de 14c.
La fouille a livré 49 sépultures primaires, 138 « réductions » (deux à cinq individus, généralement immatures) et un NMI de 21 individus en remblai.
Sur les 208 individus répertoriés, 76 % sont des périnatals, des nourrissons ou des enfants, dont plus de la moitié sont morts avant 10 ans. L’état sanitaire du corpus étudié se révèle médiocre si l’on considère le grand nombre de pathologies infectieuses, métaboliques et neurologiques observées notamment sur la population enfantine.
Le mobilier est très riche et se compose de céramiques et d’objets en fer, en alliage cuivreux, en bronze, en verre, en os et des monnaies. Les squelettes et le mobilier archéologique sont entreposés dans les réserves du Service Archéologie du Val de Marne.
Limeil-Brévannes, Les Sables de Brévanne – 1864
La commune s’étend dans la plaine alluviale de la Seine jusqu’aux hauteurs du plateau de Brie au sud.
Au lieu-dit « les Sables de Brévanne » (attribuable aussi à la commune de Valenton), des sépultures ont
été découvertes en 1864. Des fragments de sarcophage en plâtre ont été mis au jour ainsi que du mobilier en dépôt dans les sépultures : des oboles déposées au niveau des crânes (parmi lesquelles un Tétricus et deux Néron) et du mobilier céramique (dont deux petites amphores des IIe-IIIe siècles).
Marolles-en-Brie, Rue Pierre-Bezançon – 1977
La commune s’étend sur le plateau briard, de part et d’autre de la vallée du Réveillon. L’église prieurale Saint-Julien-de-Brioude est construite sur un édifice carolingien dont le plan comporte une abside semi-circulaire. Des sépultures mérovingiennes auraient été découvertes à proximité de l’édifice.
Nogent-sur-Marne, Grande Rue Charles-de-Gaulle – 1977
La commune s’étend sur les pentes d’une butte témoin du plateau de Brie et est traversée par la Marne. Le site de Nogent est cité par G. de Tours à la fin du VIe siècle, qui y situe trois scènes de la vie de Chilpéric Ier (561-584 ap. J.-C.). Un palais mérovingien est cité dans quelques diplômes royaux. Au milieu du IXe siècle, Charles le Chauve concède un droit de pêche à Nogent à l’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés. Enfin, le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés décrit la population de la manse de Nogent au IXe siècle.
Le site a fait l’objet de nombreuses découvertes depuis 1842 (fragments de sarcophages dont certains en plâtre, sarcophages sans mobilier mais avec squelettes). En 1977, douze sépultures dont cinq sarcophages (quatre en plâtre et un de petites dimensions en pierre) ont livré du mobilier remarquable (scramasaxe, boucle de sandale). En 1987 une fouille a mis en évidence vingt-et-une sépultures sans contenant apparent et onze sarcophages, sans mobilier associé. Les sarcophages avaient été réutilisés ou détruits pour de nouvelles inhumations , un seul étant remployé comme ossuaire. L’effectif des sépultures de ces deux opérations se compose de trente-trois sépultures dont vingt-huit sans contenant apparent et dix-sept sarcophages, daté du haut Moyen Âge.
Cinq sépultures ont bénéficié d’analyses 14c donnant une seule datation mérovingienne et quatre carolingiennes. On observe des recoupements et des réutilisations, témoignant d’une certaine pérennité de la nécropole.
Cinquante-sept individus (dans les sépultures primaires et dans les remblais) ont été dénombrés, soit quarante-et-un adultes et seize immatures. Vingt-et-deux adultes ont pu être sexués soit treize hommes et neuf femmes. Une étude anthropologique et paléo-pathologique minutieuse a été menée, mais l’état de conservation médiocre des squelettes ne permet pas d’avancer de résultats comparatifs.
Les squelettes et le mobilier archéologique sont entreposés dans les réserves du Service Archéologie du Val de Marne.
Orly, Rue de l’Aérodrome – 1890
Orly s’étend d’est en ouest, de la rive droite de la Seine au plateau de Longboyau. Des sarcophages auraient été découverts près de l’église Saint-Germain qui est citée dans un acte de 829 ap. J.-C. De l’évêque de Paris donnant aux chanoines des terres à Orly. D’autres sépultures à inhumations, datées de l’Âge du Fer à l’époque mérovingienne, ont été découvertes depuis la deuxième moitié du XIXe siècle dans les carrières le long du chemin d’Ablon. Parmi elles, figureraient quelques sarcophages du Bas Empire.
Saint-Maur-des-Fossés, la Croix-Souris – 1972
Le lieu-dit de « la Croix-Souris » est situé au pied de la butte du Vieux Saint-Maur, à 500 m au sud-ouest de l’abbaye et de l’église Saint-Nicolas.
Plusieurs sépultures ont été découvertes fortuitement au début du XXe siècle dans cette zone. En 1972, la découverte de sépultures au 19 boulevard Maurice-Berteaux a donné lieu à une fouille de sauvetage menée par la Société archéologique du Val-de-Marne et la Société du Vieux Saint-Maur. Trois squelettes incomplets, leurs membres inférieurs ayant été détruits par une canalisation, ont été dégagés à cette occasion. Deux ou trois autres ont été endommagés par la pelle mécanique et n’étaient plus en connexion au moment de l’intervention. Les individus reposaient en décubitus, les membres supérieurs repliés sur le bassin et orientés est-ouest. Pour l’un d’eux, la présence de blocs suggère l’existence d’un coffrage de pierres semblable à ceux retrouvés dans la nécropole de l’abbaye et qui sont datés de la période carolingienne. Il s’agit de sujets adultes et d’un individu immature âgé de 12 à 14 ans.
En l’absence de mobilier et de datation radiocarbone, l’attribution de ces sépultures à la période mérovingienne reste à confirmer.
Saint-Maur-des-Fossés, Abbaye – 1966
L’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés fut fondée au VIIe siècle sur une terre fiscale, nommée Fossatus, cédée par la reine Nanthilde en 639 ap. J.-C. Le monastère est localisé sur un promontoire dominant le dernier méandre de la Marne avant sa confluence avec la Seine. À l’origine consacrée à Saint-Pierre, l’abbaye comportait vraisemblablement deux églises, l’abbatiale Saint-Pierre-Saint-Paul et une église dédiée à la Vierge. Son nom actuel a pour origine la translation définitive des reliques de Saint Maur en 920 ap. J.-C. L’abbaye fut à maintes reprises reconstruite notamment après les destructions causées par les Normands au IXe siècle et pendant la guerre de Cent ans. Elle fut abandonnée et en partie démolie au milieu du XVIIIe siècle.
Le site a fait l’objet de nombreuses interventions archéologiques depuis le XIXe siècle. Un sondage réalisé en 1933 a permis la découverte de sept sépultures en coffrage de pierres dans l’avant-nef de l’église abbatiale. Une vingtaine d’autres ont été mises au jour dans la même zone en 1982 lors d’une opération de sauvetage. Le cimetière, situé à une trentaine de mètres à l’est de l’église abbatiale, a été exploré à de nombreuses occasions entre 1966 et 1983. L’architecture funéraire prédominante est le coffrage composé de blocs de calcaires. La phase d’inhumation la plus ancienne reconnue avec certitude date de l’époque carolingienne.
Un diagnostic réalisé en 2015 au pied de la tour Rabelais a permis la découverte d’un ensemble funéraire, distinct du cimetière, daté par 14c de la période carolingienne.
Saint-Maur-des-Fossés, Église Saint-Nicolas, rue du Four – 2014
La mention la plus ancienne de l’église Saint-Nicolas remonte au XIIe siècle, il s’agit à l’origine d’une simple chapelle qui devient une église paroissiale probablement au XIIIe siècle. Elle se situe dans l’ancien bourg monastique de l’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés.
 La mise en place d’un égout, rue du Four, a entraîné la découverte de sépultures à proximité immédiate du bas-côté sud de l’église actuelle. Cette découverte a suscité une opération de sauvetage en 1981. Sept sépultures, orientées nord-ouest – sud-est (tête au nord-ouest) ont été mises au jour. Les corps, alignés selon un même axe, sont régulièrement espacés. Les défunts ont majoritairement été inhumés au sein de contenants en matériaux périssables. Dans un cas, la présence de blocs suggère un coffrage de pierre.
Six adultes, dont un homme et un sujet immature âgé de 6 à 8 ans, ont été mis en évidence. La partie inférieure des sépultures d’adultes a été endommagée par l’installation d’une canalisation récente, de ce fait la détermination sexuelle des individus n’a pu être réalisée que sur un seul squelette. Deux sujets sont atteints d’arthrose et l’un d’eux présente des lésions dues à une cribra orbitalia.
Deux datations 14c ont permis d’attribuer ces inhumations à la fin de la période mérovingienne (VIIe –VIIIe siècles).
Saint-Maurice, Impasse Junot – 1972
Saint-Maurice s’étend sur la rive droite de la Marne en amont de sa confluence avec la Seine, au pied et sur le coteau escarpé du plateau de Gravelle, dont les pentes calcaires furent très tôt exploitées en carrières. Le pont de Charenton est cité au VIIe siècle ; la fondation de l’église de Charenton, dédiée à Saint Maurice, remonterait aux IVe-Ve siècles.
La découverte d’un « groupe de sarcophages » mérovingiens est signalée au 135, avenue de Gravelle, en 1926. Un sarcophage en pierre daté de l’époque mérovingienne a également été découvert impasse Junot en 1972.
Sucy-en-Brie, Les Varennes – 1966
La commune s’étend du plateau de Brie à la plaine de Bonneuil. Elle occupe un promontoire dominant les vallées de la Seine et de la Marne. L’église dédiée à Saint Martin et ses dépendances sont mentionnées en 811 ap. J.-C. dans une donation par le comte Stephanus à l’évêque de Paris Inchadus.
Au lieu-dit « Les Varennes » a été découverte une nécropole à inhumation comptant au moins treize sépultures, dont seules deux sont bien conservées. Les défunts reposaient probablement dans des cercueils de bois (nombreux clous) ; en limite de nécropole, une extrémité de sarcophage a été trouvée.
On compte cinq individus adultes. Dix sépultures contenaient du mobilier : fragments de tuiles antiques et clous de chaussure. D’autres contenaient de nombreux éléments de parure (épingle en or, bracelets en ivoire et perles de verre, une bague, des fibules, trente épingles à cheveux), de la vaisselle en terre cuite et des objets en verre, ainsi que des monnaies (quatre oboles à Charon). Cet ensemble de mobilier permet de dater la nécropole du IIIe ou IVe siècle.
Thiais, A86 – 1987403
La commune s’étend de la vallée de la Seine au plateau de Longboyau. Le site se trouve à l’est de la commune en limite du cimetière parisien du même nom, mis en évidence lors de la réalisation de l’autoroute de l’A 86. Une fouille archéologique liée à cet aménagement a été réalisée en 1987 à la suite d’une prospection.
En août 1987, un ossuaire est découvert lors d’une surveillance complémentaire, mais compte tenu de sa proximité avec le cimetière parisien, il fut considéré comme récent et n’a pas fait l’objet d’une étude. Dans le cadre d’une meilleure connaissance chrono-historique des restes osseux et de leur étude, des datations 14c ont été effectuées, démontrant l’ancienneté de ce dépôt.
Parmi les restes de cet ossuaire, deux fémurs appartenant à deux individus ont livré des dates se situant dans la première moitié du haut Moyen Âge : le plus ancien apporte une datation calibrée de 425 à 597 ap. J.-C., le second se situe entre 544 et 668 ap. J.-C. L’ossuaire mérovingien n’est accompagné d’aucun mobilier archéologique cependant la présence de traces extrinsèques sur la face frontale des crânes indique manifestement un conflit armé. L’analyse taphonomique et les gestes funéraires inhérents à cette découverte n’ont pu être relevés.
L’étude anthropologique et ostéo-archéologique a été effectuée d’après photographies et sur les ossements prélevés. Les os étaient disposés en tas dans une fosse allongée (ou fossé ?). Ils constituent un dépôt secondaire d’un NMI de sept individus, basé sur le matériel crânien et sans aucun matériel archéologique. Le nombre total de restes osseux est estimé à 908.
Les caractères morphologiques relevés sur le crâne et sur certaines parties osseuses du membre inférieur et du rachis suggèrent des informations intéressantes. L’ossuaire est formé exclusivement de certaines parties de squelettes d’hommes adultes robustes aux insertions musculaires crâniennes et post-crâniennes fortes. La présence de parties diaphysaires et épiphysaires du squelette appendiculaire bien conservées montre une articulation locomotrice et une posture suggérant des fonctionnalités de cavalerie (enthèses ligamentaires, fossette de Poirier, etc…). Trois individus présentent des blessures mortelles, situées sur la voûte du crâne à l’emplacement des pariétaux et du frontal, ce qui élimine l’interprétation d’une mutilation posthume.
Les résultats de l’étude de cet ossuaire mérovingien, unique dans le Val de Marne notamment pour les blessures mortelles évoquées ci-dessus, méritent des analyses comparatives (blessures par arme blanche, caractéristiques osseuses de la monte sur le membre inférieur et le rachis…). Les squelettes sont entreposés dans les réserves du Service Archéologie du Val de Marne.
Villejuif, 36 rue René Hamon – 2015
La commune s’étend au nord du plateau de Longboyau, son territoire occupe un vallon jusqu’à la moyenne terrasse de la Seine au nord-est et domine les versants escarpés de la Bièvre à l’ouest. Le site est localisé dans le centre-ville de Villejuif, rue Hamon, à environ 200 m de l’église Saint-Cyr – Sainte Julitte.
Cette inhumation a été découverte dans le cadre d’une opération de diagnostic en mars 2015, celle-ci a permis la mise au jour d’une inhumation masculine datée par 14c de 546 à 643 ap. J.-C. Ce dépôt est assez particulier par plusieurs aspects, en effet, il a été aménagé dans un fossé peut être plus ancien (antique), le calvarium ainsi que la mandibule et les deux premières cervicales disloquées sont dissociés du reste du squelette, ces éléments n’ont pas été replacés en position anatomique, mais à gauche du défunt. Le reste du corps repose sur le dos en position anatomique, les avant-bras repliés sur le bassin, le membre inférieur droit étendu et le membre inférieur gauche latéralisé et légèrement fléchi. Le défunt a été déposé, probablement vêtu, au centre du fossé déjà partiellement comblé, puis un élément de couverture en matière périssable a été placé au-dessus de lui de manière à isoler le corps de l’extérieur. Aucune trace d’origine anthropique n’a été observée sur les ossements, notamment sur l’atlas et l’axis.
Le corps reposait en contact avec des restes de faune en position détritique. Il s’agit du seul exemple de ce type de dépôt connu pour le Val-de-Marne à cette période.
Villeneuve-Saint-Georges, Chemin de Villeneuve-Saint-Georges – 1886
La commune se situe en rive droite de la Seine, près de la zone de confluence avec l’Yerres, son territoire s’étend de la plaine alluviale à la pointe occidentale du plateau briard. Villeneuve-Saint-Georges est mentionné dans un texte de Charlemagne (vers 779 ap. J.-C.) confirmant une exemption de droits de péage accordée à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés décrit la population des manses de Villeneuve-Saint-Georges et l’existence d’une église.
Au chemin de Villeneuve-Saint-Georges, a été mis en évidence en 1886, une nécropole à inhumation avec des sarcophages en plâtre couverts de tegulae et des sarcophages en pierre. Le mobilier se compose de fragments d’armes en fer, de fioles et de céramiques
Ces découvertes ont été confirmées, allée Beauséjour, en 1815 et vers 1913, avec la mise au jour de sépultures mérovingiennes en sarcophages de plâtre dont deux ornés d’une étoile à six branches sur l’un et de trois cercles concentriques associés à des rosaces à chaque angle sur l’autre.
À l’allée des Bosquets, en 1913, des sépultures à inhumation en sarcophages mérovingiennes sontexhumées et autour de l’église, le fonds Vaquer signale des sépultures mérovingiennes en sarcophages.
Vitry-sur-Seine, Place de l’Église Saint-Germain – 1976
Vitry-sur-Seine se situe en rive gauche de la Seine, s’élevant vers l’ouest de la plaine alluviale aux hauteurs du plateau de Longboyau. Des « sépultureaux mérovingiens » aurait été découverts dans cette place en 1976.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search